.

.

SNAPSY

.

samedi 11 mai 2013

Le statut particulier et le régime indemnitaire ne seront pas ouverts


Samedi, 11 Mai 2013


Le statut particulier et le régime indemnitaire ne seront pas ouverts

Le niet de Ziari
Par : Malika Ben
Le ministre de la Santé a opposé, jeudi dernier, une fin de non-recevoir non pas de sa tutelle, mais du gouvernement par rapport à la révision des statuts particuliers et des régimes indemnitaires “de tous les secteurs” approuvés par la direction de la Fonction publique.

Le ministère de la Santé et les syndicats du secteur ne sont toujours pas sur la même longueur d’onde. Chacun voit midi à sa porte. Au moment où les paramédicaux organisaient une nouvelle marche dans l’enceinte du CHU Mustapha-Pacha en scandant leurs revendications, le ministre de la Santé assistait, jeudi dans la wilaya de Tipasa, à la clôture de la rencontre des directeurs de la santé publique. Une occasion pour Abdelaziz Ziari de revenir sur le large mouvement de protestation qui paralyse depuis une dizaine de jours son secteur.
Le ministre de la Santé, qui pense
qu’“il ne faut pas jouer ou marchander avec la vie des malades”, a opposé une fin de non-recevoir non pas de sa tutelle, mais celle du gouvernement aux principales revendications sociales qui minent la santé publique.
Il fera savoir que le chapitre de la révision du statut particulier et du régime indemnitaire que réclament les partenaires sociaux est définitivement clos. “Il est hors de question de réviser le statut particulier et le régime indemnitaire”, a indiqué Ziari lors de la rencontre de Tipasa. “Le gouvernement ne reviendra jamais sur sa décision de ne pas rouvrir les dossiers du statut particulier et du régime indemnitaire qui a été tranché par la direction de la Fonction publique.” Et ce niet, précise encore le ministre, “est valable pour tous les secteurs”.   La raison ? “La mise en œuvre du statut particulier et du régime indemnitaire ne remonte pas loin dans le temps et a été précédée d’une large consultation avec l’ensemble des partenaires sociaux.”
En fait pour la tutelle, l’essentiel des revendications des personnels de la santé publique a été satisfait et toute l’agitation actuelle ne sert absolument à rien. Si ce n’est de pénaliser davantage le pauvre malade. “La porte du dialogue n’est pas fermée, mais celui-ci ne peut être imposé. La grève est certes un droit mais en ces moments, c’est de l’autoritarisme qui ne servira à rien. C’est devenu beaucoup plus politique qu’autre chose.” Prônant l’apaisement, le ministre de tutelle conseille aux syndicats de “bannir l’extrémisme et le jusqu’au-boutisme pour des revendications impossibles à satisfaire, de s’éloigner des considérations extraprofessionnelles et de prendre en compte l’intérêt des malades en toute circonstance”.
Il faut préciser à ce propos justement que la rencontre de Ziari avec les DSP de wilaya était également l’occasion pour leur expliquer que des prérogatives leur seront
accordées pour pouvoir veiller à l’amélioration de la santé publique au niveau de leurs wilayas respectives. “Votre attention doit être exclusivement centrée sur la santé et vous devez être des forces de propositions
et d’initiatives”, a recommandé  M.
Ziari. Et d’énumérer certaines de leurs missions : “Le bon accueil des malades, l’amélioration de leurs conditions de prise en charge, le suivi de la gestion des hôpitaux et du stock des médicaments et le respect de l’hygiène, car il est impossible de suivre l’état des choses depuis Alger.”

M B

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire