.

.

SNAPSY

.

lundi 13 mai 2013

Après la grève de trois jours de la semaine dernière Les médecins renouent avec la contestation


Lundi 13 Mai 2013
Après la grève de trois jours de la semaine dernière
Les médecins renouent avec la contestation

L'Intersyndicale des professionnels de la santé (ISPS) a décidé de renouer avec la protestation, à partir d'aujourd'hui. Une grève de trois jours renouvelables, les 13, 14 et 15 plus un rassemblement national devant le ministère.
«La grève de la semaine dernière a atteint un taux de suivi à 80 % à l’échelle nationale. Malheureusement la tutelle n’a pas pris ça en considération, en déclarant qu’il est hors de question de réviser le statut particulier et le régime indemnitaire,» a déclaré hier le président de l’intersyndicale Khaled Mokddad, lors d’un point de presse animé au siège de l’Unpef. Le syndicaliste, a indiqué que leur mouvement est réglementaire, et qu’il n’aura pas une crainte d’aller en justice. «On est armé par la réglementation, on ne veut pas entrer dans une grève illimitée. Le ministère provoque sérieusement les syndicats, et ne veut pas arranger notre situation qui est en train de se dégrader de plus en plus, et devant le mutisme de la tutelle, on a décidé d’observer une autre grève de trois jours», a-t-il dénoncé. Revenant sur les déclarations du ministre qui menace les médecins de reprendre le travail ou bien ils démissionnent, le même président affirme que le secteur de la santé ce n’est pas une «propriété privée», qui n’appartient à personne, au contraire «il appartient à tous les citoyens algériens». «Nous avons espoir que le ministre va nous appeler à ouvrir un dialogue, afin de trouver un compromis entre les deux parties. Mais apparemment le gouvernement continue de mettre l’huile sur le feu» se désolera-t-il
Pour sa part, le Dr Merabet Lyes a qualifié le SG du Parti des travailleurs (PT) de «Tata louisa», par rapport à ses dernières déclarations vis-à-vis de leur mouvement, qu’il y a des ONG étrangères derrière eux. «Ce sont des déclarations très dangereuses de sa part, si elle à des preuves contre nous, elle n’a qu’à présenter ces documents à la justice.» Le président du Syndicat national des praticiens spécialistes de la santé publique (SNPSSP), Mohamed Youcefi, dira : «On acceptera jamais quelqu’un qui touche à notre dignité. Les partis politiques sont en train de se préoccuper de tout, sauf les revendications des citoyens», a-t-il dénoncé.
L’Intersyndicale de la santé s’est, par ailleurs, félicité de la forte mobilisation enregistrée à travers le territoire national les 6, 7 et 8 mai courant, et ce, malgré la campagne de désinformation et d’intimidation initiée  par le ministère de la Santé. L’ISPS a toutefois réitéré sa disponibilité au dialogue et interpelle à nouveau le Premier ministre et le ministre de la Santé pour la prise en charge de sa plateforme de revendications. 

Par Ahcene Hadjam

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire