.

.

SNAPSY

.

samedi 22 septembre 2012

APRÈS LA TENUE DE SON 1er CONGRÈS Le Snapsy maintient intactes ses revendications


samedi 22 septembre 2012


Fin du premier congrès du Syndicat national des psychologues (Snapsy). Khaled Keddad a été reconduit à sa tête. Il aura pour mission de continuer à défendre la plateforme de revendications adoptée par les congressistes. 
Nawal Imès - Alger (Le Soir) - C’est carrément un plébiscite auquel a eu droit le président du Snapsy. Ayant défendu les intérêts de la corporation et subi des intimidations allant jusqu’à sa suspension de son poste, le président du Snapsy ne compte pas changer de cap. En prenant la parole, jeudi, à l’ouverture des travaux du congrès auquel ont pris part 140 congressistes, il a réaffirmé son intention de mener le combat sur le terrain syndical qui, dit-il, est miné et semé d’embûches. Il fait état de moyens légaux et illégaux mis en branle par l’administration pour empêcher toute voix discordante de se faire entendre. En dépit de ces difficultés, le Snapsy compte maintenir intacte sa plateforme de revendications et continuer à faire pression sur la tutelle des psychologues. Une tutelle, à savoir le ministère de la Santé, qui n’a pas répondu à l’invitation du syndicat contrairement au ministère du Travail qui a délégué un représentant en la personne du professeur Graba, qui a fait part de la disponibilité du département du travail à écouter les préoccupations des psychologues. Des préoccupations qui sont souvent communes avec d’autres syndicats autonomes qui se battent pour être reconnus comme partenaire social à part entière. Ils étaient d’ailleurs nombreux à être présents aux travaux d’ouverture du congrès du Snapsy. Le représentant du Snapest a, dans une allocution empreinte de passion pour la lutte pour la liberté syndicale, affirmé que la mobilisation restait intacte pour la construction d’un mouvement syndical libre. Même son de cloche du côté du représentant du Cnes, M. Djemai, qui a certifié que la famille des syndicats était le seul espace revendicatif. Le Dr Merabet, président du SNPSP, a, de son côté, dénoncé le «racisme syndical» appelant à la participation des syndicats autonomes lors des bipartites et des tripartites. Un appel repris par le représentant de l’Unpef, Messaoud Amrioui, qui a plaidé pour l’accélération de la reconnaissance des syndicats autonomes. Après cette séance inaugurale, les congressistes ont eu à plancher en commissions sur l’organisation et le fonctionnement du syndicat ainsi que sur le plan d’action et les revendications du Snapsy avant d’installer la commission des élections et le renouvellement des membres du conseil national.
 

N. I. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire