.

.

SNAPSY

.

samedi 21 juillet 2012

Le SNPSSP revient sur “la destruction” du secteur de la santé


 le samedi, 21 juillet 2012

“Que cache le silence des autorités ?”

Par : Malika Ben
S’exprimant lors d’un point de presse tenu hier, le SG du SNPSSP a, une fois de plus, battu en brèche les déclarations positives et rassurantes sur le système de santé faites par le ministre de tutelle à l’occasion du cinquantenaire de l’Indépendance.
Que cache le silence des hautes autorités du pays, à leur tête le premier magistrat du pays, face aux nombreuses interpellations   des syndicats et des professionnels sur la situation du secteur de la santé ? C’est la principale interrogation du SG du Syndicat national des praticiens spécialistes de la santé publique (SNPSSP) posée vendredi lors d’un point de presse. “Nous sommes devant une situation de déliquescence généralisée et avancée du système de la santé et nous ne voyons rien venir !” s’étonne le docteur Mohammed Yousfi. Et d’ajouter : “Nous avons interpellé les autorités du pays, à leur tête le président de la République, mais rien n’a été fait. Seules les déclarations du ministre de la Santé, et qui sont contredites à chaque fois, sont prises pour argent comptant. C’est le silence total !”
Plus loin, le conférencier expliquera que le silence assourdissant des autorités face à une situation connue et reconnue par tous les professionnels du secteur par le fait que des “parties qui protègent leurs intérêts veulent que cette situation perdure pour pouvoir mettre sur le dos du malade ces milliards de dinars qui s’envolent.” Car il faut bien s’interroger où va cet argent et ces budgets colossaux alors que le secteur fait face à un malaise profond, explique encore le docteur Yousfi. Le conférencier ira jusqu’à souligner que “les choses sont graves en termes de gestion dans le secteur de la santé”.
Pour lui, les déclarations positives et rassurantes faites à l’occasion du Cinquantenaire sont aux antipodes de la réalité du terrain que “tous les gestionnaires des structures de santé connaissent. Rien ne va ! La réalité est tout autre. Le dysfonctionnement s’aggrave. Le constat est là, même si les responsables ne veulent pas le reconnaître ou le reconnaissent graduellement avec les derniers rapports des inspecteurs de la santé qui font état de la pénurie de 89 médicaments au niveau de la PCH”.
Cela, sans oublier les manques au niveau des différentes officines et la rupture de certains médicaments pour malades chroniques.
Le Dr Yousfi citera à ce propos la rupture des antituberculeux. “Pourtant le pays était leader pendant près de 40 ans dans le domaine de la lutte contre la tuberculose.” Il faut savoir, selon le SG du SNPSSP, que “la pénurie des médicaments n’est que la partie visible de l’iceberg. La déliquescence du système de santé est générale. Le paradoxe est que les moyens, aussi bien humains que matériels, existent de l’avis même des responsables de la santé. On aurait pu mieux faire si ce n’était la fuite en avant !”
Plus grave encore, le SG du SNPSSP ira jusqu’à accuser les responsables de la santé de “détruire le secteur.” Sinon comment expliquer ce silence total face à toutes les violations et autres transgressions de la loi par Ould-Abbès. “C’est du jamais vu, notamment dans les autres secteurs”, s’écrie le conférencier. Et de souligner que “la seule chose où excelle le ministre de la Santé est la répression et la destruction des syndicats ; en témoignent les mesures répressives, notamment le retrait sur salaire de 26 jours, ce qui est contraire à la loi, ainsi que notre exclusion des comités nationaux de la tutelle”.
Loin de baisser les bras, le SNPSSP compte poursuivre le combat à la prochaine rentrée sociale. “Le bureau exécutif fera son bilan et son évaluation et le conseil national sera convoqué pour prendre les décisions idoines.”

M B

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire