.

.

SNAPSY

.

mardi 12 juin 2012

Les sanctions commencent à tomber



12 Mai 2012

Actualités : OULD ABBÈS MET À EXÉCUTION SES MENACES CONTRE LES SYNDICATS DE LA SANTÉ
Les sanctions commencent à tomber

Le président du Syndicat national algérien des psychologues (Snapsy), Khaled Keddad, a été suspendu hier par le ministre de la Santé, avons-nous appris auprès du Dr Merabet, porte-parole de l’Intersyndicale des professionnels de la santé, composée du Syndicat national des praticiens spécialistes de santé publique (SNPSSP), du Syndicat national des praticiens de santé publique (SNPSP), du Syndicat national algérien des psychologues (Snapsy) et du Syndicat national des professeurs d’enseignement paramédical (SNPEPM).
M. Keddad a été informé par le directeur de la santé de la wilaya d’Alger de sa suspension alors qu’il se rendait à son poste de travail. Le motif invoqué «abandon de poste durant les périodes de sit-in et de grève». Pour notre interlocuteur, «les syndicalistes de la santé subissent un harcèlement sans précédent de la part du ministre Ould Abbas». Selon lui, «les événements se sont précipités car nous avons osé dénoncer les pénuries de médicaments et de consommables dans les hôpitaux et la situation catastrophique qui pénalisent des milliers de malades à travers tout le pays». Il considère la décision de suspension du Dr Keddad comme une ligne rouge que vient de franchir le ministre, s’agissant des libertés collectives et l’activité syndicale. «Il estime que «cette injustice qui s’abat sur les syndicalistes interpelle toutes les forces vives du pays et que ces pratiques risquent d’atteindre toutes les autres libertés ». De son côté, le Pr Nacer Djidjeli, président du syndicat du Snechu, dans un communiqué qui nous est parvenu, rappelle la tenue d’une assemblée générale le mercredi au CHU Mustapha, à l’instar des autres facultés en sciences médicales du pays en soulignant que «l’ordre du jour était réservé exclusivement aux conditions de travail dans nos hôpitaux et aux pénuries cycliques de médicaments et de consommables que nous subissons depuis plusieurs années». Il ajoute que «aux témoignages accablants de nos collègues toutes spécialités confondues quant à la gravité de la situation, le ministre de la Santé, par le bais de son directeur de la pharmacie présent à cette réunion, dans un exercice de langue de bois, a persévéré dans son attitude de déni total et n’a daigné parler que de petits dysfonctionnements rejetant toute idée de pénurie !»Le communiqué poursuit que «l’absence de corticoïdes, de vaccins, d’IDR à la tuberculose, de vaccins antirabiques, de vaccins antiscorpioniques, d’électrolytes, d’antituberculeux, d’anti-rétroviraux, d’antimitotiques, d’analgésiques morphiniques pour ne citer que ces produits essentiels, ne serait qu’une pure invention» et de conclure : «Nous tenons à dénoncer avec la plus extrême vigueur ce déni de vérité et nous continuerons dans l’intérêt de nos malades à tout faire pour mettre tout un chacun devant ses responsabilités.» 
Fatma Haouari 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire